Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
michel-pinault.over-blog.com

histoire des sciences et des milieux scientifiques - publications sur Frédéric Joliot-Curie

Les scientifiques et la question atomique

Publié le 3 Septembre 2013 par Michel Pinault

« Experts et/ou engagés ? Les scientifiques entre guerre et paix, de l’UNESCO à Pugwash »

La question de l’engagement des scientifiques pendant la Guerre froide.

Trois préalables :

1 – Le fait de mener une activité scientifique ne garantit pas un attachement à la vérité scientifique. Aucune étude n’a jamais conclu en ce sens. C’est pourtant sur cette base que s’est construite la posture de l’intellectuel.

2 – Les scientifiques ne sont pas particulièrement soucieux d’empêcher qu’il soit fait un usage militaire de leurs recherches. On peut même dire que « la mobilisation des scientifiques pour la guerre a constamment pesé plus lourd que leur bonne volonté active en faveur de la paix » (G. Schméder, colloque Futuribles, 2000). Je renvoie à l’essai de Jean-Jacques Salomon qui évoque « les paradoxes du scientifique guerrier : tantôt homme de guerre et tantôt homme de paix, il peut même être les deux à la fois(…) » (Le Scientifique et le guerrier, Belin, 2001).

3 – Ceux qui, par mi les scientifiques, considèrent qu’ils ont des responsabilités sociales particulières et qui, en conséquence, s’engagent dans une activité publique sont une petite minorité.

(préambule d’une contribution au colloque Culture et Guerre froide, organisé à Sciences Po, par J.-Fr. Sirinelli et J.-M. Soutou; publiée dans l’ouvrage éponyme, aux PUPS, 2008 ; Michel Pinault, « Experts et/ou engagés ? Les scientifiques entre guerre et paix, de l’UNESCO à Pugwash » : http://books.google.fr/books?id=n4EUvq3DumUC&pg=PA2014&dq=Experts+et/ou+engag%C3%A9s+PInault&hl=fr&sa=X&ei=kXh2UqDCM8fP0QX-w4CABA&ved=0CDkQ6AEwAQ#v=onepage&q=Experts%20et%2Fou%20engag%C3%A9s%20PInault&f=false)

Les interrogations de tout un chacun – homme politique ou simple citoyen, scientifique, intellectuel, philosophe ou historien – n’ont pas cessé depuis qu’ont eu lieu, avec l’humanité pour témoin, ces noces barbares entre la science, la technologie et la guerre : les bombardements atomiques du 6 et du 9 août 1945, sur Hiroshima et Nagasaki.

Août 1945, Hiroshima, Nagasaki, ce ne fut donc pas seulement le lieu et la date d’une immense tragédie humaine, ce fut aussi le moment où s’affirma une redéfinition de la science et de ses relations avec l’ensemble du corps social dont, soixante ans après, il n’est pas certain que nous ayons fini de prendre la mesure. (…)

(Pour lire cette étude, ouvrir le fichier pdf ci-dessous.)

Peut-on contrôler l'énergie nucléaire ? La France et les scientifiques dans la première négociation atomique à l'ONU (1946-1948). Ouvrir le fichier joint.

Commenter cet article